Hongrie: la situation des réfugiés ne cesse de s’aggraver

25.10.2013
Traduction: Translators for Justice
Source: http://www.proasyl.de/de/presse/detail/news/ungarn_lage_von_fluechtlingen_verschaerft_sich_zunehmend/

Communiqué de presse de PRO ASYL
PRO ASYL* et bordermonitoring.eu** font un compte rendu de la situation des réfugiés en Hongrie.

Les transferts de réfugiés en Hongrie doivent cesser immédiatement.

Un rapport de PRO ASYL et bordermonitoring.eu paru ce jour sur la situation des réfugiés en Hongrie montre qu’une défaillance persiste, voir même s’aggrave, dans le système d’accueil et d’asile hongrois. Ce rapport, une actualisation des résultats d’une enquête effectuée en 2012, critique en particulier les emprisonnements extrêmement douteux du point de vue légal et le risque de mauvais traitements de la part des gardiens. La nouvelle enquête sur le système d’asile hongrois révèle également les défauts suivants:

Manque de logement et de soins médicaux: Même les réfugiés officiellement reconnus sont concernés. Pour preuve, des réfugiés racontent avoir été renvoyés des dits « Pre-Integration Camps » après seulement six mois et sans aucune aide pour se reloger. Le soutien financier en lien avec l ‘hébergement à Bicske ne suffit généralement pas pour financer un appartement et subvenir à ses besoins. Le versement des allocations de soutien est soumis à des conditions la plupart du temps impossibles à remplir. Sans domicile fixe, pas d’accès possible à des soins médicaux suffisants. L’accès aux logements pour les sans-abris est quasiment exclu pour les réfugiés, et en particulier pour les familles avec enfants. En Hongrie, sous le régime de Viktor Orbán, les sans-abris sont criminalisés: passer la nuit à la belle étoile est sanctionné par une amende ou une peine de prison.

Emprisonnements illégaux: Sous couvert de la soi-disante adaptation de la loi hongroise aux directives d’entrée dans l’UE, des amendements qui prévoient des motifs d’arrestations élargis sont entrés en vigueur au 1er juillet 2013. Ces motifs peuvent s’appliquer à presque tous les demandeurs d’asile. Ainsi, une «entrave à la procédure de demande d’asile» est déjà un motif suffisant d’arrestation. Les réfugiés rapatriés en vertu du règlement Dublin II sans titre de séjour seront particulièrement menacés par ces motifs d’arrestation: on leur reproche en effet d’avoir gêné le déroulement de leur demande d’asile en se rendant dans un autre pays.

Manque de recours juridiques: Les recours individuels contre l’emprisonnement ne sont pas prévus. Un contrôle judiciaire a lieu exclusivement après 60 jours de détention. En 2011 et en 2012, sur un total de 5000 demandes, les tribunaux concernés n’ont mis fin qu’à trois détentions, ce que critiquait tout récemment le UN Working Group on Arbitrary Detention (le groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire).

Hébergement précaire: Le nombre de demandes d’asile est passé d’environ 2200 pour 2012 à presque 12000 pour seulement les six premiers mois de 2013. Approximativement 7000 demandeurs d’asile ont récemment quitté la Hongrie et poursuivi leur errance dans d’autres pays d’Europe à cause de ces conditions insupportables, ce qui conduira probablement à une hausse massive des requêtes de transfert émanant de ces pays vers la Hongrie. Lorsqu’il faudra effectivement procéder à ces transferts, cela devrait, selon toute probabilité, faire effondrer définitivement les structures d’accueil des réfugiés déjà précaires en Hongrie. Les capacités d’installation d’hébergements sont aujourd’hui épuisées, les réfugiés seront logés provisoirement dans des tentes et dans des gymnases.

Manque de protection contre la violence à caractère raciste: En de nombreux endroits, le parti néofasciste Jobbik se mobilise contre les demandeurs d’asile. Entre autres, le parti a organisé en mai une marche aux flambeaux à Debrecen pour exiger la fermeture du centre d’accueil pour demandeurs d’asile sur place. Il y a eu d’autres protestations massives en d’autres endroits.

En raison de ces développements, PRO ASYL et bordermonitoring.eu exigent que les reconduites à la frontière vers la Hongrie soutenues par le règlement Dublin II cessent immédiatement. Le Ministre de l’Intérieur allemand doit donner l’instruction au ministère compétent de prendre en charge les réfugiés parvenus en Allemagne, afin que ceux-ci aient la possibilité d’enclencher une procédure de demande d’asile sur le territoire allemand.

De plus, PRO ASYL et bordermonitoring.eu invitent la Commission Européenne à prendre connaissance des défaillances systémiques et des atteintes quotidiennes aux droits de l’homme à l’encontre des demandeurs d’asile qui en résultent en Hongrie et à ouvrir en conséquence une procédure de violation de contrat contre la Hongrie. L’UE doit mettre la pression au gouvernement hongrois afin qu’il change du tout au tout son comportement envers les réfugiés.

____

* PRO ASYL est un organisme allemand engagé dans la protection des réfugiés en Allemagne, et en Europe.

** bordermonitoring.eu est une association allemande qui se mobilise sur les sujets ayant trait à la migration. L’association travaille sur la sensibilisation de l’opinion publique et au soutien concret des migrants et des réfugiés.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s